FR


EN

Chargement

Phantom

Khiasma est soutenu par :

La Région Île-de-France
Le Département de la
   Seine-Saint-Denis
La DRAC Île-de-France
La Ville des Lilas
La Ville de Paris
La Mairie du 20è
Paris Habitat
La Fondation de France

Khiasma est membre du réseau TRAM et partenaire de Paris-Art.

ArticleArtistes amis et alliés

Amis, artistes et alliés | juin 2017

Ils sont passés par Khiasma, découvrez leur actualité.

Ils sont nos amis et alliés, sont passés par Khiasma et continuent de faire de belles choses ailleurs. Découvrez leur actualité.

Ismaïl Bahri au Jeu de Paume !
«Instruments» est le nom de l’exposition d’Ismaïl Bahri qui ouvre très prochainement au Jeu de Paume. Après «Sondes» (Eglise de Chelles) et «Sommeils» (Espace Khiasma), l’artiste poursuit ici une écologie de captation de réel à partir de dispositifs d’une grande simplicité. On retrouvera au sein de cette exposition qui rassemble une large part de ses travaux récents, des films qui ont peuplé l’histoire de Khiasma (Dénouement et Films présenté au sein de l’exposition «Mandrake a disparu» en 2013) où qui y ont trouvé un sol fertile. C’est le cas de Foyer, film devenu depuis l’un des plus montrés de l’artiste, qui après une large diffusion en festival vient d’entrer dans les collections du Mac/Val. Le public de Khiasma qui s’était plongé dans l’installation radicale et nocturne de «Sommeils» pourra ainsi découvrir le chemin parcouru depuis la résidence de l’artiste à Khiasma en 2014 et relire au sein du Magazine les conversations qui l’ont peuplée.

Ismaïl Bahri, «Revers».

 

Tshela Tendu et Vincent Meessen, «Patterns for (Re)cognition» à BOZAR (Bruxelles)
Après voir exposé à KIOSK à Gand (2013) et à la Kunsthalle Basel (2015), Vincent Meessen dévoile cet été la troisième version de Patterns for (Re)cognition à BOZAR. Dans cette expo-dans-l’expo, l’artiste se penche sur une lacune de l’historiographie de l’art moderne en Belgique et au Congo. En tant qu’artiste et commissaire, il crée un dispositif composé de structures modulaires, de films 16 mm, d’objets rituels et d’une installation sonore. Tous ces éléments replacent les aquarelles abstraites de Tshela Tendu (Congo, vers 1880-1950) dans un patrimoine moderniste élargi et partagé. Bien que ce peintre congolais ait été exposé à Bruxelles, Paris, Rome et Genève au début des années 30, son œuvre est, à tort, tombée dans l’oubli. En se focalisant sur l’œuvre abstraite de ce pionnier congolais, cette exposition contribue au regain d’intérêt dont Tshela Tendu jouit progressivement en Europe.
Vincent Meessen a réalisé sa première exposition solo en France à Khiasma en 2011, «My Last Life».

 

Filipa César au MoMA et à Art Basel
Spell Reel est le premier long-métrage de Filipa César. Il retrace l’aventure du cinéma mobile qu’elle a développé en Guinée-Bissau pour partager avec la population des films méconnus des premières heures du cinéma de ce pays. De la campagne guinéenne à Berlin en passant par Paris, ces films, accompagnés et commentés par des cinéastes de l’époque, agissent comme les antidotes à la crise mondiale en proposant une nouvelle ciné-géographie des luttes. Spell Reel est aussi la matrice de plusieurs films précédents de l’artiste dont Mined Soil, présenté à Khiasma en 2015 dans le cadre de l’exposition «Les Propriétés du sol».
Après une première à la Berlinale et un voyage en Argentine, Speel Reel sera présenté durant une semaine au MoMA fin juin et dans le cadre d’un programme de projections d’Art Basel en compagnie de Mined Soil.

 

Frédéric Nauczyciel et Olivier Marboeuf reviennent sur La Peau vive sur la r22 Tout-monde
Nous avons plusieurs fois eu l’occasion de parler dans ces pages de l’installation de Frédéric Nauczyciel pour Chapelle vidéo, La Peau Vive. Quelques jours avant que l’exposition ne se ferme à la fin de mai, l’artiste s’est entretenu avec Olivier Marboeuf dans l’espace de la chapelle du Musée d’art et d’histoire de Saint-Denis. Un entretien au long cours pour traverser un projet qui redessine le travail de Frédéric Nauczyciel. 

 

Un 26è Côté Court à Pantin
Le festival «Côté Court» s’ouvre cette semaine à Pantin. Au milieu des quelque 300 films présentés pour cette 26è édition, aux côtés de Frank Smith qui présentera Le Film des visages samedi 10 juin, le festival invite cette année Simon Quéheillard, qui présentera son film burlesque justement tourné dans les rues du Nord-Est parisien, De commencements en commencements.

Tournage du film de Simon Quéheillard, «De commencements en commencements» (2016).

 

Climat Général de Claire Malrieux s’expose à Venise
Alors que la 57è édition de la biennale s’est ouverte à Venise, rendez-vous à l’Hyperpavilion pour découvrir la série «Climat général» de Claire Malrieux, animation dont des dessins préparatoires avaient été présentés à Khiasma en 2015, lors de l’exposition «A dessein».
Et ce n’est pas tout, puisque parmi la dizaine d’artistes qui composent cette vaste expo collective qui s’intéresse à la présence des technologies numériques dans les pratiques artistiques contemporaines, on retrouve également Julien Prévieux, dont on présentait le travail rue Chassagnolle dès 2013, lors de l’expo «Mandrake a disparu» !

Claire Malrieux, «Climat général», vue d’installation à l’Hyperpavilion de Venise.

 

Badr El Hammami rejoint le nouveau programme Moving frontiers de l’ENSAPC
Exposé à Khiasma en 2013 dans Mandrake a disparu, l’artiste marocain Badr El Hammami participera l’an prochain au nouveau programme postmaster de recherche artistique Moving frontiers – do and undo (faire et défaire) de l’Ecole d’arts de Paris-Cergy (ENSAPC).

L’occasion de relire un entretien avec l’artiste réalisé récemment par Elsa Guily pour le site Contemporary &, autour du projet Thabrate, dont la r22 Tout-monde avait pu publier certains matériaux sonores.

Badr El Hammami, «Thabrate».


 

Dui Ma? de François Daireaux projeté à Sète
En 2015, François Daireaux transformait l’Espace Khiasma en une vaste installation vidéo dans «Soudain, un léger mouvement dans l’ordre naturel des choses». Réalisé cette même année Son film Dui Ma ? sera projeté à Sète par l’association Passeurs d’oeuvres contemporaines. Une plongée dans le dévastateur « développement » de la Chine contemporaine.

François Daireaux, «Dui Ma ?» (2015)

 

TRAUM : après Paris, le dernier film de Smith présenté à Berlin
En juin, deuxième volet des Rencontres Internationales Paris-Berlin. Présenté en février à la Gaîté Lyrique, TRAUM, nouveau film de Smith dont Khiasma coproduit le volet chorégraphique, sera présenté au public berlinois entre le 13 et le 18 juin à la Haus der Kulturen der Welt.

Smith, «TRAUM» (2016).

 

 

«Rendre l’oreille» : plusieurs de nos alliés conviés à Strasbourg par l’association Vie
Alors qu’elle anime, de longue date, une des antennes de la r22 Tout-monde, l’association Vie organise à Strasbourg, du 3 au 17 juin, l’exposition «Rendre l’oreille» au Syndicat potentiel. Une exposition collective qui réunira, parmi d’autres, les oeuvres et voix de Vincent Chevillon, Penny Siopis, Frank Smith et Françoise Vergès.

Vincent Chevillon, «Bitter Crop». Vue d’installation de l’exposition «SEMES» à l’Espace Khiasma, 2016.

 

A Digne-les-Bains, Till Roeskens présente deux nouveaux projets issus de sa résidence au Centre d’art le Cairn

Depuis 2010, où il signait avec Marie Bouts l’exposition «Pistes» à l’Espace Khiasma, l’artiste-explorateur Till Roeskens est devenu un habitué de la rue Chassagnolle. En résidence cette année au centre d’art CAIRN (« Centre d’art informel de recherche sur la nature »), à Digne-les-Bains, dans les Alpes de Haute-Provence, et poussé par son intérêt personnel pour le pastoralisme, l’artiste a rencontré plusieurs bergers de la Vallée de la Haute Bléone. Deux de ces rencontres ont débouché sur deux projets distincts et complémentaires qu’il exposera à partir du 23 juin : le «Sentier de Marcel» et la «Carte de Charlie».

 

Alexander Schellow invité de la Nuit de l’instant à Marseille
A Marseille, la «Nuit de l’instant» est un parcours urbain autour de la photographie et de l’image animée organisé le weekend du 9-10 juin. Aux côtés d’autres artistes français et internationaux, comme Emilie Pitoiset ou Jeremy Deller, l’occasion notamment de découvrir A Biography, dernier film d’Alexander Schellow, dont nous présentions des oeuvres en 2013 dans «Mandrake a disparu».

Alexander Schellow, «A Biography» (2016).