FR


EN

Chargement

Rendez
vous

Phantom

Khiasma est soutenu par :

La Région Île-de-France
Le Département de la
   Seine-Saint-Denis
La DRAC Île-de-France
La Ville des Lilas
La Ville de Paris
La Mairie du 20è
Paris Habitat
La Fondation de France

Khiasma est membre du réseau TRAM et partenaire de Paris-Art.

ArticleJeune Public

«Segtaab Map»

Une immersion créative au-delà des frontières

Segtaab Map est un workshop créé par Khiasma qui s’inscrit dans la programmation de la Quinzaine culturelle organisée par le collège Pierre Mendès-France du 20ème arrondissement de Paris. Pour l’occasion, 40 élèves de troisième (14 – 15 ans) ont investi l’espace et l’ont transformé en véritable laboratoire artistique. Une plongée dans le rap comme un outil d’énonciation et de revendication personnelle et sociale dans un Burkina Faso à l’aune de l’insurrection de 2014.

En partant du film Segtaab Rap Au Pays des hommes intègres réalisé en 2013 par La Fleuj, la séance, pensée et menée avec le réalisateur, s’est articulée sur une période de 2 heures autour d’installations visuelles et sonores, de fragments d’images et de musiques en lien avec le contexte du film. Construit comme un atelier participatif et collectif, les élèves ont pu se répartir dans l’espace pour s’approprier différents outils leur permettant d’interpréter ce qu’illes ont vu et entendu.

Segtaab Rap – qui signifie « le rap de la rencontre » en langue mooré – renvoie directement à la définition du mot « Khiasma » signifiant « croisement » en grec. L’action du film se passe à Ouagadougou (capitale du Burkina Faso) devenant le point d’intersection géographique où des rappeurs de différentes nationalités ont été interviewés un an avant l’insurrection populaire de 2014.

A partir du concept de « carte sensible / mind map », l’idée était de créer une situation d’expression visant à développer l’imaginaire, évoquer des références communes (identité, centre d’intérêts…) et susciter des émotions à travers différents médiums mis à disposition. Les vidéos et les éléments audiovisuels (image, scène, plan, lumière, couleur, musique, rap, ambiance), nous ont permis de diviser l’activité en deux temps forts :

> Déambulation dans l’espace – vidéo / sons (20 min)

Découverte du film, d’extraits de reportages sur l’insurrection populaire de 2014 au Burkina Faso ainsi que des clips musicaux des différents rappeurs d’Afrique de l’Ouest.

> Ateliers participatifs (45 minutes)

3 groupes de 8 élèves répartis sur 3 ateliers.

► Atelier Ecriture

A travers un « mind mapping imagé » reprenant des éléments du film, chaque membre du groupe a imaginé un pré-scénario de clip en inventant un rappeur imaginaire, son pays d’origine, sa langue, un lieu et la thématique de son texte.

► Atelier Image

A l’aide de photos et poster imprimés en lien avec les vidéos d’insurrection au Burkina Faso et le film, le deuxième groupe a constitué une création plastique sous forme de collage, découpage, dessin… Un mini studio photo a été mis en place afin de se mettre en scène avec des objets.

► Atelier Son

Avec des zooms, le troisième groupe a réalisé des prises de sons : bruits ambiants, impressions et commentaires.