FR


EN

Chargement

Archive

Jeu de Paume

ven. 15 novembre 2013

18 h 30


Penny Siopis


Projection

Dans le cadre du cycle Possessions



Penny Siopis
Obscure White Messenger (2010)(15min), Communion (2011)(5min), The Master is Drowning (2012)(10min)

Séance présentée par Olivier Marboeuf en présence de la réalisatrice.
Entrée libre

Reserver





Saisissez le nombre de personnes pour la réservation :



© Penny Siopis. Courtesy of Stevenson, Cape Town and Johannesburg.

Synopsis
À l’aide d‘extraits d’archives de films amateurs, Obscure White Messenger raconte l’histoire de Dimitrios Tsafendas, l’homme qui a assassiné en 1966, H.F. Verwoerd, le premier ministre sud-africain et « architecte de l’apartheid ». Le titre est tiré d’une référence à Tsafendas faite par Mandela dans son autobiographie, Un long chemin vers la liberté. Qu’est-ce qui a poussé Tsafendas, métis, migrant, travaillant à l’époque comme messager parlementaire, à commettre cet acte ? Siopis explore le mélange de folie et motivation politique qui apparait clairement dans la transcription des entretiens avec Tsafendas. Tout au long du film résonnent les questions de qui était ce Tsafendas « illégitime » et quelle aurait dû être sa place ; comment être sans patrie dans un monde où très souvent la citoyenneté définit ce que c’est que d’être pleinement humain ?

Communion raconte l’histoire de la Sœur Aidan, une irlandaise prénommée également Elsie Quinlan pratiquant la médecine. Elle est assassinée par une foule en colère du Cap Est pendant la Campagne du Défi de 1952, lors d’une manifestation contre les lois de l’apartheid en Afrique du Sud. Beaucoup de ces gens connaissaient et aimaient Sœur Aidan, mais elle s’est trouvée au mauvais endroit au mauvais moment. Dans des articles universitaires et la presse, des questions ont émergé aux sujets de ‘cause commune’ et culpabilité—qui dans la foule a assassiné la sœur ? Les pathologistes n’ont pas été capables de déterminer la cause de sa mort, puisque plusieurs parties de son corps manquaient, certaines auraient été mangées. Siopis transmet la « voix » de Sœur Aidan (sous forme de sous-titres) à la première personne : elle raconte sa propre mort, comme si elle parlait depuis sa tombe. La contingence est mélangée aux faits historiques par le choix de Siopis de combiner texte et séquences de film—« home movies » anonymes sans lien avec les faits empiriques de l’histoire. Le fond sonore est une berceuse africaine.

Dans The Master is Drowning, l’artiste étend son utilisation du found footage au-delà des films amateurs vers le documentaire d’histoire, composant à travers des séquences de films privés et publics, une histoire à la fois fictive et « réelle ». Le récit historique culmine avec la tentative d’assassinat de H.F. Verwoerd, le premier ministre de l’Afrique du Sud, par David Beresford Pratt, un fermier et homme d’affaires libéral blanc. La tentative, relatée à travers l’utilisation de films d’archives d’époque, a eu lieu en 1960 à la veille de l’inauguration de la République d’Afrique de Sud pendant l’apartheid. Se rendant au salon annuel de l’agriculture de Johannesburg, Pratt a tiré deux fois à bout portant en direction du visage de Verwoerd à la fin de son discours de bienvenue. Miraculeusement Verwoerd a survécu. Pendant le procès qui a suivi, il a été déclaré que Pratt, souffrant d’épilepsie, n’était pas en pleine possession de ses facultés mentales. Les paroles de la vidéo sont celles de Pratt, tirées de sources variées, telles que transcriptions du procès et journaux d’époques.

Biographie
Sud-africaine d’origine grecque, Penny Siopis vit à Cape Town, où elle est professeur honoraire à l’Ecole des Beaux-Arts Michaelis de l’Université de Cape Town. Peintre, cinéaste, vidéaste et photographe, elle expose en Afrique du Sud et à l’international. Elle a participé aux biennales de Sydney, Johannesburg, Gwangju, La Havane et Venise. En 2005, le Musée Freud à Londres lui consacre une exposition monographique intitulée Trois Essais sur la Honte.

 

logoJDP-dŽgradŽ

 

Informations pratiques lieu

Adresse
1, place de la Concorde
75008 Paris
01 47 03 12 50

Accès par le jardin des Tuileries, escaliers côté rue de Rivoli.
Accès aux personnes handicapées, par l’entrée principale place de la Concorde.

Accès
Métro lignes 1, 8, 12 : Concorde
Bus : 24, 42, 72, 73, 84, 94
http://www.jeudepaume.org/

Télécharger le programme complet de Possessions en pdf

Rendez
vous



Phantom

Khiasma est soutenu par :

La Caisse des Dépôts et
   Consignations
Le Conseil Régional d’Ile-de-France
Le Département de la
   Seine-Saint-Denis
La DRAC Île-de-France
Emmaüs Solidarité
La Fondation Aéroports de Paris
La Fondation de France
La Ville des Lilas
La Ville de Paris
Paris Habitat

Khiasma est membre du réseau TRAM et de Parcours Est.

février 2017


Édito : Plateforme


En 2017, Khiasma met en place son nouveau programme Plateforme. Basé sur le développement d’une communauté au travail, Plateforme transforme l’Espace Khiasma en un espace de recherche et d’expérimentations pour des rencontres aux formats variés. Artistes, étudiants, habitants, curateurs, chercheurs, acteurs associatifs, collectifs viendront progressivement occuper un même lieu et partager les antennes de la webradio R22 Tout-Monde qui tissera les voix multiples de cette aventure.

Lire

21.06.2016

«Tentative d’évasion» de Vincent Chevillon sur le massif du Sancy

Dans le cadre de la manifestation Horizons, l’oeuvre monumentale de Vincent Chevillon Tentative d’évasion est installée jusqu’à fin septembre sur le massif du Sancy, en Auvergne (http://www.horizons-sancy.com/).

11.04.2016

« De commencements en commencements » reçoit l’aide du film court de la Seine-Saint-Denis

Le film de Simon Quéheillard, De commencements en commencements, vient de recevoir l’aide au film court du département de la Seine-Saint-Denis. Après une belle post-production, une avant-première de cet hommage au burlesque arrivera très bientôt sur les écrans lilasiens !

28.03.2016

« Vers la tendresse » d’Alice Diop primé au festival du film de femmes de Créteil

Développé au cours d’une résidence d’Alice Diop à Khiasma, le film Vers la tendresse a reçu le Prix INA réalisatrice créative du meilleur court métrage francophone et le Prix du public du meilleur court métrage français. Bravo !

17.03.2014

Lettre au Maire de Grigny

Initiative du collectif le PEROU

« L’ambassade du PEROU à Ris-Orangis est un repère – un espace visible – et un observatoire – un lieu qui regarde -. Décrire ce qui a lieu dans un bidonville situé sur le territoire européen, telle est l’ambition de ce blog. Exactement, il s’agit de décrire l’humanité qui a lieu, l’humanité qui fait lieu » (décembre 2012). Le 3 avril 2013, tout a été détruit, sauf l’essentiel. A Grigny, où vivent aujourd’hui les familles, nous continuons d’œuvrer pour que l’on construise enfin.

Découvrez ici, la dernière lettre de Sébastien Thiéry, coordinateur du PEROU, au Maire de Grigny. Une invitation au dialogue sur le devenir des familles de Roms présentes dans le bidonville.

 

19.12.2013

Butler & Mirza en lice pour le prix Art Mundi 6

Félicitations à Butler&Mirza pour leur pré-sélection pour le prix Art Mundi 6. On leur souhaite de tout cœur de le remporter pour mener à bien tous leurs projets et nous surprendre encore.
Rapellons que le duo d’artiste avait exposé leur oeuvre Hold Your Ground à Khiasma, dans le cadre de notre exposition de rentrée, Rendez-vous : sortie de mon corps.
Plus d’informations ici !

28.11.2013

Notre cycle POSSESSIONS s’installe sur le blog du Monde

Article d'Isabelle Regnier

En place depuis le 12 novembre 2013, notre cycle Possessions a fait parler de lui dans les pages du blog du Monde. Sous la plume d’Isabelle Regnier, découvrez, ou redécouvrez l’identité de cet évènement qui déplace le genre documentaire, entre projections et performances.

Pour découvrir l’article, c’est ici…
Et pour suivre le déroulement de notre programmation jusqu’au 12 décembre, c’est là !

 

28.11.2013

Mathieu K. Abonnenc à Beaubourg

Séance du Peuple qui manque

« An Italian Film (Africa Addio) » de Mathieu K Abonnenc sera projeté demain au Centre Pompidou dans le cadre d’une séance du Peuple qui manque. Rappelons que l’artiste présente également sa vidéo dans le cadre de notre exposition « Rendez-vous : sortie de mon corps » et qu’elle reste visible jusqu’au 12 décembre 2013. La caméra Red utilisée pour le tournage confère une qualité exceptionnelle à l’image qui vient renforcer le propos percutant du film. En ce concentrant sur le cuivre, qui fut l’une des causes de la guerre de Sécession au Katanga, et, auparavant, la raison de l’intérêt des Occidentaux pour la R.D.C, l’artiste reconstitue un épisode de l’histoire du capitalisme et de ses mécanismes, montrant les effets de l’industrialisation par des nations européennes sur des pays et des populations colonisés. http://www.lepeuplequimanque.org/thousand/27-11-13

15.11.2013

Nos artistes hors les murs !

Exposition “Ânes situ” de Hicham Benohoud

Jusqu’au 12 décembre 2013, Khiasma accueille en son sein l’exposition collective « Rendez-vous : sortie de mon corps ». À cette occasion, Hicham Benohoud, photographe, expose « Version soft » une série de 5 images qui présentent calmement et fermement son malaise face à sa situation, à sa culture, à son pays. Mais en parallèle, l’artiste expose également à Casablanca « Ânes situ », une série de photographies qui fait écho au statut de l’homme au Maroc.
À découvrir ici !

05.11.2013

Mon voisin est un artiste

Ciné-concert

En lieu et place du traditionnel C’est dimanche ! – le cinégoûter organisé à l’Espace Khiasma chaque dernier dimanche du mois – Fantazio se propose de créer un habillage musical interactif à partir d’un montage de films muets.

« On part de rien. Un son arrive : on peut se coincer dedans, se prendre les pieds dedans, mourir dedans tout de suite. Si un deuxième son sur lequel on pourrait se reposer ne surgit pas, tout s’arrête. Plus de transformation possible. L’improvisation ne peut pas vivre sans entraide. En situation de guerre, d’urgence, de panique, soit on reste pétrifié passif, soit on improvise : on prend en main la situation, on se mouille, on laisse de côté à la minute la force rongeante du regard sur soi. »

Dimanche 23 novembre 2013 à 16H00
Espace Khiasma, 15 rue Chassagnole, 93260 Les Lilas

06.08.2013

Le cri de la fougère

Feuilleton dessiné

Depuis janvier 2013, Hélène Coeur, Célio Paillard et Frédéric Mathevet mènent un atelier sonore dans le quartier des Fougères (Paris 20e), avec une classe de CE2-CM1 de l’école Le Vau. Au cours de cette première année d’ateliers, les participants apprennent à «écouter et jouer leur quartier », faisant travailler leurs oreilles mais aussi leur corps et leur imagination. Une expérience mise en récit par les artistes sous la forme d’un feuilleton dessiné. Découvrez au format pdf :

Episode 1 : Le cri de la Fougère

Episode 2 : Interlude 

Découvrez la présentation de l’atelier sur le site de L’Autre Musique

Un projet soutenu par la Fondation de France.

Rubriques

 

Contenus