FR


EN

Chargement

Archive

sam. 7 février 2015

17 : 00


Quelle politique de la recherche sur le cinéma militant ?


Rencontres / projections

Dans le cadre de l'exposition « Ma'aminim, les croyants »

Programme : Rendez-vous



7ème édition de Chapelle Vidéo et proposée par le commissaire indépendant Guillaume Désanges, Ma’aminim, (les croyants) expose des œuvres d’art mais aussi des affiches, des clips ou des films militants, autant d’expériences formelles, de fragments d’une production poétique et politique prolifique qui accompagne les mouvements sociaux traversant la France et tout particulièrement le département de la Seine-Saint-Denis depuis 1968. Les « croyants » désignent ici les croyants politiques, ceux qui luttent pour un idéal et entendent changer le monde à travers l’action collective.

Dans le cadre de l’exposition accueillie au Musée d’art et d’Histoire de Saint-Denis, l’Espace Khiasma accueille deux projections et une rencontre autour des singularités de la recherche autour du cinéma militant.

Reserver





Saisissez le nombre de personnes pour la réservation :



Projections :

17h00 – « Soleil O » de Med Hondo, 98 minutes

Soleil O est un film franco-mauritanien réalisé par Med Hondo en 1969 et sorti en 1973. Un immigré africain en quête de travail, découvre les aspérités de la « Douce France », le racisme de ses collègues, le désintérêt des syndicats et l’indifférence des dignitaires africains qui vivent à Paris. Un cri de révolte contre toutes les formes d’oppression, la colonisation et toutes ses séquelles politiques, économiques et sociales…Soleil O est le titre d’un chant antillais qui conte la douleur des Noirs amenés du Dahomey aux Caraïbes.

19h00 – « Trésors de scopitones arabes, kabyles, berbères », de  Anaïs Prosaic, &  Michèle Collery, 1999 – 52 minutes

Dans « Trésors de scopitones arabes… », on retrouve le barde en exil, Slimane Azem, le glam-rock berbère des Abranis, les chansons ciselées de Kamel Hamadi pour sa femme Noura et les tubes indémodables de Idir. Au folklore des bars de Barbès mené par l’éblouissant Salah Sadaoui, répond celui de Jerrari, son rival comique tunisien. Le chanteur de charme marocain Doukkali et l’audacieux Mazouni sont accompagnés de danseuses orientales vaporeuses ou de filles en mini-jupes. Vigon le Marocain et les Golden Hands algériens jouent la carte Rhythm and Blues et pop électrique sur une chorégraphie à la Dick Sanders à faire pâlir James Brown.[…]

20h00 – Rencontre

Quelle politique de la recherche sur le cinéma militant ?
Rencontre avec Catherine Roudé et Olivier Hadouchi.
Modérateurs : Guillaume Désanges et Olivier Marboeuf

La recherche universitaire est essentielle à la découverte, la classification et la compréhension des films qui ont accompagné les luttes politiques du vingtième siècle. Mais ce matériau peut-il être traité comme un autre ? Y a-t-il un hiatus entre engagement scientifique et engagement politique ? Quel équilibre trouver dans l’investigation entre critique et célébration, actualisation et nostalgie ?

Catherine Roudé est doctorante en histoire du cinéma. Elle travaille depuis 2007 sur le cinéma militant français des années 1960-1970 et plus particulièrement sur la société de production Slon/Iskra, objet de sa thèse dirigée à Paris 1 par Sylvie Lindeperg. Entre 2008 et 2011, elle a participé au travail de programmation de séances et de tables rondes menées par Tangui Perron sur les luttes sociales en Seine-Saint-Denis au sein de l’association Périphérie (centre de création cinématographique).

Olivier Hadouchi est historien du cinéma et programmateur de films, spécialiste du cinéma dans les luttes de libération de 1966 à 1975. Il a programmé des cycles de films ou des soirées spéciales pour le BAL, le Bétonsalon, le Cinématographe de Nantes, la HEAD et le Grütli à Genève. Par ailleurs, il a introduit des films (Jocelyne Saab pour le festival Cinéma du Réel et à la Cinémathèque à l’invitation de Nicole Brenez), donné des conférences à l’École des Beaux-Arts de Lyon, de Nantes et à la Fondation Serralves (invité par Mathieu Abonnenc), et il a participé à de nombreux colloques.

Rendez
vous



Imprimer






Programme




Phantom

Khiasma est soutenu par :

La Région Île-de-France
Le Département de la
   Seine-Saint-Denis
La DRAC Île-de-France
La Ville des Lilas
La Ville de Paris
La Mairie du 20è
Paris Habitat
La Fondation de France

Khiasma est membre du réseau TRAM et partenaire de Paris-Art.

décembre 2017


Édito : Plateforme 2017-2018


En 2017-2018, l’Espace Khiasma continue d’être transformé par son programme Plateforme, initié il y a désormais un an et qui progressivement installe à Khiasma un espace collectif de discussion, de recherche, d’expérimentation et de production qui se fabrique au quotidien avec une diversité d’acteurs – artistes, étudiants, habitants, curateurs, chercheurs ou miliants – pour des rencontres aux formats variés. Un travail au temps long, dont cette édition du magazine vous proposera quelques instantanés.

Lire

21.06.2016

«Tentative d’évasion» de Vincent Chevillon sur le massif du Sancy

Dans le cadre de la manifestation Horizons, l’oeuvre monumentale de Vincent Chevillon Tentative d’évasion est installée jusqu’à fin septembre sur le massif du Sancy, en Auvergne (http://www.horizons-sancy.com/).

11.04.2016

« De commencements en commencements » reçoit l’aide du film court de la Seine-Saint-Denis

Le film de Simon Quéheillard, De commencements en commencements, vient de recevoir l’aide au film court du département de la Seine-Saint-Denis. Après une belle post-production, une avant-première de cet hommage au burlesque arrivera très bientôt sur les écrans lilasiens !

28.03.2016

« Vers la tendresse » d’Alice Diop primé au festival du film de femmes de Créteil

Développé au cours d’une résidence d’Alice Diop à Khiasma, le film Vers la tendresse a reçu le Prix INA réalisatrice créative du meilleur court métrage francophone et le Prix du public du meilleur court métrage français. Bravo !

17.03.2014

Lettre au Maire de Grigny

Initiative du collectif le PEROU

« L’ambassade du PEROU à Ris-Orangis est un repère – un espace visible – et un observatoire – un lieu qui regarde -. Décrire ce qui a lieu dans un bidonville situé sur le territoire européen, telle est l’ambition de ce blog. Exactement, il s’agit de décrire l’humanité qui a lieu, l’humanité qui fait lieu » (décembre 2012). Le 3 avril 2013, tout a été détruit, sauf l’essentiel. A Grigny, où vivent aujourd’hui les familles, nous continuons d’œuvrer pour que l’on construise enfin.

Découvrez ici, la dernière lettre de Sébastien Thiéry, coordinateur du PEROU, au Maire de Grigny. Une invitation au dialogue sur le devenir des familles de Roms présentes dans le bidonville.

 

19.12.2013

Butler & Mirza en lice pour le prix Art Mundi 6

Félicitations à Butler&Mirza pour leur pré-sélection pour le prix Art Mundi 6. On leur souhaite de tout cœur de le remporter pour mener à bien tous leurs projets et nous surprendre encore.
Rapellons que le duo d’artiste avait exposé leur oeuvre Hold Your Ground à Khiasma, dans le cadre de notre exposition de rentrée, Rendez-vous : sortie de mon corps.
Plus d’informations ici !

28.11.2013

Notre cycle POSSESSIONS s’installe sur le blog du Monde

Article d'Isabelle Regnier

En place depuis le 12 novembre 2013, notre cycle Possessions a fait parler de lui dans les pages du blog du Monde. Sous la plume d’Isabelle Regnier, découvrez, ou redécouvrez l’identité de cet évènement qui déplace le genre documentaire, entre projections et performances.

Pour découvrir l’article, c’est ici…
Et pour suivre le déroulement de notre programmation jusqu’au 12 décembre, c’est là !

 

28.11.2013

Mathieu K. Abonnenc à Beaubourg

Séance du Peuple qui manque

« An Italian Film (Africa Addio) » de Mathieu K Abonnenc sera projeté demain au Centre Pompidou dans le cadre d’une séance du Peuple qui manque. Rappelons que l’artiste présente également sa vidéo dans le cadre de notre exposition « Rendez-vous : sortie de mon corps » et qu’elle reste visible jusqu’au 12 décembre 2013. La caméra Red utilisée pour le tournage confère une qualité exceptionnelle à l’image qui vient renforcer le propos percutant du film. En ce concentrant sur le cuivre, qui fut l’une des causes de la guerre de Sécession au Katanga, et, auparavant, la raison de l’intérêt des Occidentaux pour la R.D.C, l’artiste reconstitue un épisode de l’histoire du capitalisme et de ses mécanismes, montrant les effets de l’industrialisation par des nations européennes sur des pays et des populations colonisés. http://www.lepeuplequimanque.org/thousand/27-11-13

15.11.2013

Nos artistes hors les murs !

Exposition “Ânes situ” de Hicham Benohoud

Jusqu’au 12 décembre 2013, Khiasma accueille en son sein l’exposition collective « Rendez-vous : sortie de mon corps ». À cette occasion, Hicham Benohoud, photographe, expose « Version soft » une série de 5 images qui présentent calmement et fermement son malaise face à sa situation, à sa culture, à son pays. Mais en parallèle, l’artiste expose également à Casablanca « Ânes situ », une série de photographies qui fait écho au statut de l’homme au Maroc.
À découvrir ici !

05.11.2013

Mon voisin est un artiste

Ciné-concert

En lieu et place du traditionnel C’est dimanche ! – le cinégoûter organisé à l’Espace Khiasma chaque dernier dimanche du mois – Fantazio se propose de créer un habillage musical interactif à partir d’un montage de films muets.

« On part de rien. Un son arrive : on peut se coincer dedans, se prendre les pieds dedans, mourir dedans tout de suite. Si un deuxième son sur lequel on pourrait se reposer ne surgit pas, tout s’arrête. Plus de transformation possible. L’improvisation ne peut pas vivre sans entraide. En situation de guerre, d’urgence, de panique, soit on reste pétrifié passif, soit on improvise : on prend en main la situation, on se mouille, on laisse de côté à la minute la force rongeante du regard sur soi. »

Dimanche 23 novembre 2013 à 16H00
Espace Khiasma, 15 rue Chassagnole, 93260 Les Lilas

06.08.2013

Le cri de la fougère

Feuilleton dessiné

Depuis janvier 2013, Hélène Coeur, Célio Paillard et Frédéric Mathevet mènent un atelier sonore dans le quartier des Fougères (Paris 20e), avec une classe de CE2-CM1 de l’école Le Vau. Au cours de cette première année d’ateliers, les participants apprennent à «écouter et jouer leur quartier », faisant travailler leurs oreilles mais aussi leur corps et leur imagination. Une expérience mise en récit par les artistes sous la forme d’un feuilleton dessiné. Découvrez au format pdf :

Episode 1 : Le cri de la Fougère

Episode 2 : Interlude 

Découvrez la présentation de l’atelier sur le site de L’Autre Musique

Un projet soutenu par la Fondation de France.

Rubriques

 

Contenus