FR


EN

Chargement

Archive

lun. 31 mars 2014

20H30


Lundi de Phantom N° 11 : Pierre Michelon


Projection / Performance

Un petit morceau de bois

Programme : Lundis de Phantom



Un petit morceau de bois

Performance-documentaire d’un discours non-prononcé

Avec la participation de David Legrand ; en présence de Françoise Vergès et de Mathieu K. Abonnenc

Une masse brillante siffla à mon oreille gauche, frappa violemment le fond, tomba à mes pieds. Je la ramassai, l’élevai au-dessus de ma tête en continuant le discours. C’était une arme que je n’ai jamais revue : un morceau de bois de quarante centimètres, dans lequel était planté perpendiculairement un énorme clou. Il en arriva quelques autres. En approchant, il eût été facile aux lanceurs de m’atteindre à coup sûr. André Malraux, Antimémoires, 1972.

Au travers d’un discours non-prononcé par André Malraux à Cayenne, Pierre Michelon s’intéresse à un épisode marquant de l’histoire de la départementalisation en Guyane française : le référendum de septembre 1958 portant sur la Constitution de la Ve République. Un petit morceau de bois aménage cette histoire au gré des versions : celles des indépendantistes, des communistes, des gaullistes, des ministres, ou tout à la fois. C’est le cas de Jean Mariema, figure importante du militantisme guyanais avec lequel Pierre Michelon construit cette ébauche de film.

Approuvez-vous la Constitution qui vous a été proposée par le Gouvernement de la République ? Question laissée sans réponse, ou constamment épuisée par les luttes guyanaises qui se poursuivent au présent de l’indicatif : enclavement économique, cohésion sociale, pillages officiels ou clandestins, Université de plein exercice… Ce Lundi de Phantom est l’occasion d’une présentation de ce projet en cours qui imagine une approche sensible de l’enquête historique, entre documentaire et fable.


Reserver





Saisissez le nombre de personnes pour la réservation :



Trace mnésique #1, Un petit morceau de bois.

Pierre Michelon est né en 1984 à Nantes. Il est diplômé de l’Ecole Supérieure Nationale d’Art de Nice (La Villa Arson), et de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Nantes Métropole. Ses œuvres ont été présentées au Foyer des Jeunes Travailleurs Océane (2014, St Herblain), à la Villa Croce, Museo d’Arte Contemporanea (2013, Genova), à la Friche Belle de Mai (2013, Marseille), au Restaurant Municipal Pierre Landais, (2012, Nantes).

En observateur participant, Pierre Michelon arpente les terrains d’une société oublieuse. Sa réflexion concentrée sur l’écriture de l’histoire, et notamment celle de l’histoire coloniale, se décline dans une variété de propositions : traductions, films, installations et performances. Chacune de ces propositions est conçue autour d’un processus de recherche, qui prend tantôt la forme d’enquêtes, d’entretiens, de dérives et d’associations multiples. Dans l’inachèvement de ces montages, des voix se superposent et des nœuds se dessinent : collisions de l’histoire et de son présent. Avec les paroles et les gestes de celles et ceux qui se souviennent, il collecte des preuves et choisit un passé. Actuellement, il prépare les projets de film Vanmélé et Un petit morceau de bois accompagnés par la Fabrique Phantom.

David Legrand est un agitateur. Depuis 20 ans il bouscule les idées et les pratiques collectives, perturbe les écoles et les règles trop établies, réactive la fraicheur et les pratiques insurrectionnelles dans la tradition des avant-gardes. Son engagement physique est total, que ce soit comme acteur inspiré de performances actionnelles ou instigateur d’expérimentations filmiques hors champs. Il a démarré ses activités d’artistes avec Fabrice Cotinat et Henrique Martins-Duarte au sein de leur galerie du cartable, mais a depuis travaillé frénétiquement avec de nombreux artistes singuliers, tels Rainier Lericolais, Michel Aubry, Philippe Zunino, Michel Giroud, Chus Martinez, Joseph Morder ou Boris Lehman, devenu vieux complice de ce dernier. Il s’est toujours passionné pour l’engagement exigeant dans des travaux et contextes hors normes, que ce soit avec la galerie portée et interventionniste du cartable, les épiques dialogues fictifs des indéboulonnables de l’art, ou dans les programmes d’expérimentation des médias alternatifs et tactiques, tel le récent plateau Videa Performing Art qu’il a coordonné pour les dernières rencontres internationales Bandits-Mages. Ewen Chardronnet

——

La Fabrique Phantom, nouvelle plateforme développée avec le soutien de Khiasma, dédiée à l’accompagnement de projets cinématographiques, propose tout au long de l’année Les Lundis de Phantom, rencontres inédites où les artistes en résidence de création révèlent leurs recherches en cours à travers des projections, installations, discussions et autres formes.

Rendez
vous

  • .
  • .
  • .


Phantom

Khiasma est soutenu par :

La Région Île-de-France
Le Département de la
   Seine-Saint-Denis
La DRAC Île-de-France
La Ville des Lilas
La Ville de Paris
La Mairie du 20è
Paris Habitat
La Fondation de France

Khiasma est membre du réseau TRAM et partenaire de Paris-Art.

décembre 2017


Édito : Plateforme 2017-2018


En 2017-2018, l’Espace Khiasma continue d’être transformé par son programme Plateforme, initié il y a désormais un an et qui progressivement installe à Khiasma un espace collectif de discussion, de recherche, d’expérimentation et de production qui se fabrique au quotidien avec une diversité d’acteurs – artistes, étudiants, habitants, curateurs, chercheurs ou miliants – pour des rencontres aux formats variés. Un travail au temps long, dont cette édition du magazine vous proposera quelques instantanés.

Lire

21.06.2016

«Tentative d’évasion» de Vincent Chevillon sur le massif du Sancy

Dans le cadre de la manifestation Horizons, l’oeuvre monumentale de Vincent Chevillon Tentative d’évasion est installée jusqu’à fin septembre sur le massif du Sancy, en Auvergne (http://www.horizons-sancy.com/).

11.04.2016

« De commencements en commencements » reçoit l’aide du film court de la Seine-Saint-Denis

Le film de Simon Quéheillard, De commencements en commencements, vient de recevoir l’aide au film court du département de la Seine-Saint-Denis. Après une belle post-production, une avant-première de cet hommage au burlesque arrivera très bientôt sur les écrans lilasiens !

28.03.2016

« Vers la tendresse » d’Alice Diop primé au festival du film de femmes de Créteil

Développé au cours d’une résidence d’Alice Diop à Khiasma, le film Vers la tendresse a reçu le Prix INA réalisatrice créative du meilleur court métrage francophone et le Prix du public du meilleur court métrage français. Bravo !

17.03.2014

Lettre au Maire de Grigny

Initiative du collectif le PEROU

« L’ambassade du PEROU à Ris-Orangis est un repère – un espace visible – et un observatoire – un lieu qui regarde -. Décrire ce qui a lieu dans un bidonville situé sur le territoire européen, telle est l’ambition de ce blog. Exactement, il s’agit de décrire l’humanité qui a lieu, l’humanité qui fait lieu » (décembre 2012). Le 3 avril 2013, tout a été détruit, sauf l’essentiel. A Grigny, où vivent aujourd’hui les familles, nous continuons d’œuvrer pour que l’on construise enfin.

Découvrez ici, la dernière lettre de Sébastien Thiéry, coordinateur du PEROU, au Maire de Grigny. Une invitation au dialogue sur le devenir des familles de Roms présentes dans le bidonville.

 

19.12.2013

Butler & Mirza en lice pour le prix Art Mundi 6

Félicitations à Butler&Mirza pour leur pré-sélection pour le prix Art Mundi 6. On leur souhaite de tout cœur de le remporter pour mener à bien tous leurs projets et nous surprendre encore.
Rapellons que le duo d’artiste avait exposé leur oeuvre Hold Your Ground à Khiasma, dans le cadre de notre exposition de rentrée, Rendez-vous : sortie de mon corps.
Plus d’informations ici !

28.11.2013

Notre cycle POSSESSIONS s’installe sur le blog du Monde

Article d'Isabelle Regnier

En place depuis le 12 novembre 2013, notre cycle Possessions a fait parler de lui dans les pages du blog du Monde. Sous la plume d’Isabelle Regnier, découvrez, ou redécouvrez l’identité de cet évènement qui déplace le genre documentaire, entre projections et performances.

Pour découvrir l’article, c’est ici…
Et pour suivre le déroulement de notre programmation jusqu’au 12 décembre, c’est là !

 

28.11.2013

Mathieu K. Abonnenc à Beaubourg

Séance du Peuple qui manque

« An Italian Film (Africa Addio) » de Mathieu K Abonnenc sera projeté demain au Centre Pompidou dans le cadre d’une séance du Peuple qui manque. Rappelons que l’artiste présente également sa vidéo dans le cadre de notre exposition « Rendez-vous : sortie de mon corps » et qu’elle reste visible jusqu’au 12 décembre 2013. La caméra Red utilisée pour le tournage confère une qualité exceptionnelle à l’image qui vient renforcer le propos percutant du film. En ce concentrant sur le cuivre, qui fut l’une des causes de la guerre de Sécession au Katanga, et, auparavant, la raison de l’intérêt des Occidentaux pour la R.D.C, l’artiste reconstitue un épisode de l’histoire du capitalisme et de ses mécanismes, montrant les effets de l’industrialisation par des nations européennes sur des pays et des populations colonisés. http://www.lepeuplequimanque.org/thousand/27-11-13

15.11.2013

Nos artistes hors les murs !

Exposition “Ânes situ” de Hicham Benohoud

Jusqu’au 12 décembre 2013, Khiasma accueille en son sein l’exposition collective « Rendez-vous : sortie de mon corps ». À cette occasion, Hicham Benohoud, photographe, expose « Version soft » une série de 5 images qui présentent calmement et fermement son malaise face à sa situation, à sa culture, à son pays. Mais en parallèle, l’artiste expose également à Casablanca « Ânes situ », une série de photographies qui fait écho au statut de l’homme au Maroc.
À découvrir ici !

05.11.2013

Mon voisin est un artiste

Ciné-concert

En lieu et place du traditionnel C’est dimanche ! – le cinégoûter organisé à l’Espace Khiasma chaque dernier dimanche du mois – Fantazio se propose de créer un habillage musical interactif à partir d’un montage de films muets.

« On part de rien. Un son arrive : on peut se coincer dedans, se prendre les pieds dedans, mourir dedans tout de suite. Si un deuxième son sur lequel on pourrait se reposer ne surgit pas, tout s’arrête. Plus de transformation possible. L’improvisation ne peut pas vivre sans entraide. En situation de guerre, d’urgence, de panique, soit on reste pétrifié passif, soit on improvise : on prend en main la situation, on se mouille, on laisse de côté à la minute la force rongeante du regard sur soi. »

Dimanche 23 novembre 2013 à 16H00
Espace Khiasma, 15 rue Chassagnole, 93260 Les Lilas

06.08.2013

Le cri de la fougère

Feuilleton dessiné

Depuis janvier 2013, Hélène Coeur, Célio Paillard et Frédéric Mathevet mènent un atelier sonore dans le quartier des Fougères (Paris 20e), avec une classe de CE2-CM1 de l’école Le Vau. Au cours de cette première année d’ateliers, les participants apprennent à «écouter et jouer leur quartier », faisant travailler leurs oreilles mais aussi leur corps et leur imagination. Une expérience mise en récit par les artistes sous la forme d’un feuilleton dessiné. Découvrez au format pdf :

Episode 1 : Le cri de la Fougère

Episode 2 : Interlude 

Découvrez la présentation de l’atelier sur le site de L’Autre Musique

Un projet soutenu par la Fondation de France.

Rubriques

 

Contenus